backPage
logo Gakokoé Compagnie Gakokoé logoAccent
vranov-500

Notre coup de cœur de dernière minute !

« Que Ta volonté soit fête... », pièce adaptée du journal d'Etty Hillesum, une jeune juive hollandaise qui a vécu pendant la Seconde Guerre mondiale mais qui transmet une force et une joie d'être qui triomphe du chaos et nous lègue un désir de témoigner et de transmettre cette conscience et cette force. « Que Ta volonté soit fête... » d'après Une vie bouleversée - journal d’Etty Hillesum Compagnie Mata Malam Mise en scène : Valentine Cohen Avec : Valentine Cohen, Peggy Martineau, Violaine Dumoulin Lumières : Benoît Lepage Public : à partir de 10 ans   Etty Hillesum 1941 : l'Histoire collective : l'instinct meurtrier du monde affolé et perdu. L'Histoire personnelle d'Etty : le travail substantiel auquel cette femme se prête est actif et contagieux. Esther Hillesum témoigne de façon presque exhaustive des mouvements de l'âme humaine. Vivant dans une joie miraculeuse et charismatique l'une des pages les plus noires de l'Histoire, cette jeune juive hollandaise de vingt-cinq ans s'apprête à être déportée avec une liberté d'esprit surprenante face aux évènements et face à elle-même. Jour après jour, dans un combat lumineux et singulier pour rencontrer la vérité et la réalité telle qu'elle est, elle confie à son journal son cheminement mystique et son inébranlable parti pris d'espérance : la vie est “belle et pleine de sens”, à chaque instant... Elle meurt à Auschwitz le 30 novembre 1943. Mettre en scène un journal, un voyage intérieur, c'est manifester l'expédition intime de l'être humain qu'Etty Hillesum a été, et poursuivre son but : se rapprocher d'une compréhension et être passeur de conscience afin que d'autres attisent la réflexion. Le texte est porté par trois actrices dont les voix se rejoignent pour offrir l'image des différentes facettes d'Etty et de son rassemblement intérieur. Le chant et le travail chorégraphique soutiennent cette parole dans une scénographie où ombre et lumière sont le principal décor ainsi qu'un lit, tel un radeau. Le spectacle Que ta volonté soit fête est le noyau d’un projet global et pluridisciplinaire : De mémoire d’homme... Ateliers d’écriture, de chants, rencontres intergénérationnelles, interventions en milieu scolaire sont quelques unes des actions menées par la compagnie dans sa volonté de faire connaître la pensée d’Etty Hillesum et de garder la mémoire active. La trace de ces rencontres et témoignages formera un documentaire video et les textes donneront lieu à la publication d’un recueil. Avec ce vaste projet arborescent, Mata Malam inscrit sa démarche dans la durée et ouvre la réflexion sur des sujets plus que nécessaires : Mémoire, place de l’individu, rapport à la mort, à l'amour, à Dieu...   Rencontre avec les comédiennes en bord de scène après le spectacle.
En savoir +

La Compagnie Gakokoé: Historique

Logo Compagnie Gakokoé

Un nom bizarre ? Pas si bizarre que ça ! Avec cette forte consonance tel un marteau piqueur, gakokoé porte en son nom tout un univers de rythmes et de sons. Aujourd’hui passé dans l’arsenal des instruments de musique africaine, le Gakokoé est le symbole et l’outil des messagers en Afrique de l’ouest (Ghana, Togo, Bénin, Nigeria…). Cette double cloche métallique en impose. Le moindre son sorti de ses entrailles paralyse tout le village et ses activités. Car le Gakokoé, plus que le messager, est investi du pouvoir sacré de roi ou du chef.

Ce symbole de la parole et de sa transmission est ainsi devenu la marque de cette jeune compagnie théâtrale créée en janvier 1998 à Montbéliard.

Au sein de cette troupe, vont se retrouver plusieurs artistes de la région : comédiens, musiciens, techniciens et constructeurs. Tous auront à cœur de tisser un autre lien avec le public. Un lien fort, direct et franc. Ainsi le public devient la référence et le centre d’où partent les réflexions.

Cette orientation que prend la compagnie trouvera tout son sens déjà dans le fait que le Pays de Montbéliard jouit d’une forte immigration compte tenu de l’activité industrielle (usines Peugeot et Japy). Cette immigration est aussi bien interne qu’externe. Sur ce territoire vont cohabiter des Turques, des Marocains, des Portugais, des Algériens, des Tunisiens, des Espagnoles, des Italiens…des Vosgiens, des Jurassiens et plus récemment des Kurdes et des noirs Africains. Ce melting-pot constitue alors un espace de « mémoire ». Mémoire individuelle et collective. C’est dans cette richesse multiculturelle que la compagnie puise les matériaux de ses spectacles.

Le principe de réciprocité cher à Gakokoé, l’oblige à proposer les spectacles sur les lieux-même où la matière a été extraite : les appartements, les bars, les caves des immeubles, la rue…

Ainsi ont été créés entre autres : « Les contes africains de Franche-Comté », «La Réception », « Les Contes africains d’aujourd’hui » , et « Contes de vies ordinaires ». Ce dernier couronné par le Grand Prix de l’Initiative Sociale et Culturelle Internationale du Spectacle Vivant à Nantes en 2006

logo GakokoéCompagnie Gakokoé